Bootcamp Pompadour Saison 6

Depuis 6 ans, Les Mills et Planet Fitness France organisent des bootcamps dans un Club Med en France. Jusqu’alors ils avaient lieu à Pompadour, cette année pour la première fois, l’événement fitness de l’année s’est tenu à Vittel gagnant ainsi en trident de qualité.
En ce qui me concerne il s’agit de ma deuxième expérience à Pompadour – dont le nom a été conservé, comme le Paris-Dakar ou Pékin Express (blague de l’attachée de presse aussi entendue au Festival de Montreux) – et cette année, étant en meilleure condition physique,  j’ai participé à plus de cours que l’année passée. Débrieff de ma seconde saison sur le Bootcamp Pompadour.

 

Boxing Circuit

La séance se déroule dans l’espace functional training de Planet Fitness appelé « Hitbox » . Brian, le coach, nous fait enfiler une paire de gants de boxe adaptés pour aussi pouvoir faire des pompes et autres exercices avec accessoires…
Alternativement on se défoule avec les poings, les coudes et les pieds sur les sac et on enchaîne les abdos avec le ballon lesté, les pompes, les planches, pendant de longues secondes. 

Gros moment de défoulement dont je rêvais depuis plusieurs semaines : je m suis complètement lâchée sur le sac, j’ai extériorisé ma colère en brûlant un max de calories.
J’ai moins aimé les exercices types pompes qui ne me plaisent pas personnellement, mais dans l’entrain je les ai réalisés sans trop rechigner.

Pilates Mat

Julie Midgley & I
Julie Midgley & I

Ce cours by Julie Midgley n’a duré selon moi que 5 min tellement j’ai adoré. Déjà parce que Julie est vraiment trop sympathique, elle envoie des ondes positives qui me donnent tout de suite envie de donner le meilleur de moi-même. Elle nous a guidés avec son accent canadien chantant pour un cours de pilates sur tapis donc, avec comme accessoires un foam roller, un pilates band et un anneau. Nous avons commencé par des exercices d’équilibre avec le foam roller, par exemple tenir allongés les bras levés à 90° et relever une jambe, puis l’autre, en contractant bien les muscles des abdominaux ou encore se relever et se rallonger bras tendus sans tomber…
Le pilates band, genre d’élastique que l’on doit maintenir tendu à bout de bras ou de chevilles permet de travailler les muscles en profondeur. On exécute ainsi quelques torsions qui a vue d’œil semblent tout à fait simples, mais très vite une chaleur se fait ressentir dans les épaules.
Le cercle permet à l’inverse de créer des pressions. Ainsi on le cale aux pieds, un pied à l’intérieur du cercle et l’autre à l’extérieur pour le maintenir dans les jambes, on s’allonge et on tente des planches latérales ainsi installés. Franchement c’est un réel défi !
J’ai adoré car c’est comme ça que j’aime le sport, en douceur mais en profondeur… oh wait !

Trigger Point
Ce n’était pas la première fois que j’essayais cette méthode d’automassage, mais j’en reparle car elle est encore trop méconnue du grand public et déjà adoptée par les plus grands athlètes comme LeBron James ou encore David Beckham.
Les trigger points sont les nœuds présents dans tout le corps. Les « masser » soulage d’une part et d’autre part permet de gagner en souplesse. Je mets le terme massage entre guillemets car c’est très douloureux sur le moment. Mais tellement efficace ! Pour mieux visualiser, Fabrice, le coach, prend l’exemple du nœud d’une chaussure, s’il est massé, celui-ci se détend pour se libérer. Ainsi il recommande d’utiliser le Grid, un foam roller étudié pour l’auto-massage ou bien le Grid Stik avant les séances d’entraînement.
Il nous a guidés pour masser nos mollets : on le place au milieu du Grid, pose l’autre jambe croisée sur la cheville inférieure et on roule 4 fois de haut en bas du muscle, puis le visage crispé de douleur, on roule le mollet de gauche à droite 4 fois. Ca semble être de la pure torture, ainsi pour nous prouver l’efficacité de la chose il nous fait nous lever et tester notre force dans nos deux jambes avec un simple exercice : il presse sur la jambe travaillée et l’autre. Force est de constater que l’un cède à la pression exercée, l’autre non. Bluffant.
Perso, je suis convertie, j’ai même fait l’aquisition d’un Grid Stik. Le problème c’est que je ne sais pas vraiment l’utiliser.

Initiation au KravMaga

Sylvain, un coach qui vous veut du bien
Sylvain, un coach qui vous veut du bien

Le cours n’a duré que 15 min pourtant en peu de temps le coach Sylvain nous a apprit à esquiver des gifles, nous libérer d’un étranglement et comment punir ces salauds de frotteurs dans le métro.
Pour les gifles, il s’agit tout simplement de taper de l’extérieur sur l’avant bras de l’assaillant.
Afin de se libérer d’un étranglement il suffit de lever son bras et tourner tout le corps vers le bras de l’agresseur pour lui tordre le poignet, automatiquement celui-ci se ploie et nous voilà libérées. On peut alors lui infliger un coup de coude dans la tronche.
Et mon préféré : le coup de cul punitif. Et ouais. Dis comme ça on y croit pas. Pourtant j’en ai eu la démo quand j’ai essayé avec une copine journaliste : bien que je ne sois pas équipée comme les hommes d’un service trois pièces, j’ai eu mal. Pourtant la technique est hyper simple, bondir en poussant les fesses en arrière pour lui donner un coup très sec là où ça fait très mal. Ca calme. Bon après je ne garantis pas la réaction du pervers dans le métro à un tel truc mais à priori il devrait être tellement choqué que ça doit vous laisser quelques secondes pour vous déplacer.
J’ai adoré parce qu’on a toutes besoin d’apprendre ce genre de choses simples qui peuvent nous être bien utiles. Comme la technique de la claque dans l’oreille avec la paume creuse et les doigts bien serrés qui feront raisonner le cerveau du salaud qui essayerait de vous chercher des noises.

Stott Pilates


Cette discipline se pratique avec une machine appelée « reformer » qui ressemble à un accessoire de kinésithérapie. Il y a une barre pour prendre appui avec les pieds ou les mains, des poignées reliées à un chariot sur lequel on s’allonge ou on se tient et que l’on bouge à la force des abdos, des bras et ou des jambes.
Ca n’a l’air de rien et pourtant comme le pilates, c’est très technique, il faut contracter les bons muscles et cela demande pour certains exercices plus de concentration que d’autres.
J’ai un peu moins aimé que les exercices sur le tapis, la machine n’est pas très sexy, mais que c’est efficace et j’ai bien aimé travailler en étant allongée (même si ce n’est pas le cas pour tous les exercices) c’est encore une discipline rigoureuse mais pas désagréable. Et qui donne des résultats comme je les aime : bonne posture, bon alignement du corps, travail des muscles en profondeur pour créer de beaux muscles en longueur.

Body Balance by LesMills

Les yogis ne peuvent poser normalement devant un objectif
Les yogis ne peuvent poser normalement devant un objectif

Mélange de yoga, pilates (tout ce que j’aime) et qi gong, le cours d’une heure était tombé à point nommer après une longue journée d’enchaînements de cours à haute intensité.
On commence par un échauffement qui permet d’aider à synchroniser sa respiration à ses mouvements puis on enchaîne sur toutes sortes de postures qui travaillent l’équilibre et la concentration avant de finir par une agréable séance de relaxation. Que du bonheur.

Du sport oui, une ambiance surtout

J’ai fait la route avec deux amies journalistes, Elodie Sillaro et Sophie Vilemont, et nous n’avons pas attendu d’arriver à Vittel pour nous amuser. Gossip, déconnade et autres karaoké sur des tubes des années 90 « hit me baby one more time !! »sur l’autoroute. On était comme sur la route des vacances. Parce que le Bootcamp est une colo pour fitness addicts.
Dès le premier soir, on se retrouve tous au bar, je reconnais quelques personnes rencontrées l’année précédente et je sympathise avec les autres membres d’un nouveau Bootcamp spécial, le Bootcamp Journalistes. Ensemble nous nous rendons au théâtre attenant au bar pour la soirée de lancement du Bootcamp 2015, grosse ambiance. On aura même eu le droit à une petite choré de Christophe Andanson CEO de Les Mills.
Et c’était parti pour quatre jours d’efforts mais aussi de longues conversations à refaire le monde, d’éclats de rire, de soirées à thème (sur le papier je ne suis pas fan, quasi réfractaire, et puis une fois sur place je trouve toujours ça fun), d’afters clandestins (le DJ du Club Med était vraiment mauvais, j’ai improvisé), de Yoga entre copines juste pour se détendre après des efforts intenses, des déjeuners et diners à profiter de l’excellent buffet à volonté, d’un max de photos prises plus ou moins sérieusement. Bref à se créer de super souvenirs.

Quand ce fut la fin des vacances nous étions tous très tristes de nous dire au revoir,
malgré les courbatures, on serait bien restés quelques jours de plus ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s